Films à la une

Singulier(s) surdoués

un film de Laurent Préyale

Documentaire – 2019 – 52 mn – 16/9

Adulte surdoués
Singulier(s) individus

Personne atypique dans l’intelligence / exacerbation des émotions, solitaire, hypersensitif, hyperesthésie, apprentissage précoce et souvent autodidacte, vois les situations sous un autre angle, sens du merveilleux, mémoire exceptionnelle, empathique, obsessionnel, curieux, imaginatif, vitalité intense etc…)
Depuis le début, cette petite voix intérieure me dit que beaucoup de ces êtres singuliers font leur chemin et avancent chacun à leur manière, quand ils le peuvent sans forcément réaliser la bénédiction liée à cette malédiction du « trop ».
Certains savent parce que diagnostiqué à l’enfance, d’autres ne pouvant mettre de mot sur leur mal être ou ce sentiment de venir d’une autre planète puisque ne sachant pas ou le découvrant en tant qu’adulte.
C’est plutôt à ceux là que je m’adresserais.
Voir pour la première fois un documentaire atypique et hors norme qui montrerait simplement une approche similaire, des témoignages de ces hommes et ces femmes adultes, des moments de vie, des situations vécues sans être forcément comprises, la résilience, l’adaptabilité, le bonheur de l’hyperesthésie, l’intensité de vivre, voir et écouter cette spécificité tout en respectant l’individualité propre et la solitude de chacun.
L’idée n’est pas de créer un « groupe » ou un mouvement, juste de permettre à des individus hors norme de se dire « ah, c’était donc ça… », « rien de si rare et compliqué en somme… » et « non, je ne suis pas tout seul »…

Pour etre surdoué, il faut
QI > 130 et
Fonctionnement intuitif et
Intelligence différente et
Hyperesthésie donc hyper sensibilité et
Empathie et
Mémoire +++ et
Motivation intrinsèque (on « fait » parce qu’on veut faire, pas pour être le 1er de la classe ou le meilleur) et
Capacité à vivre » ici et maintenant » et
Echos et réponses aux intuitions et passerelles entre conscient et inconscient
Sens de la justice, instinct de rectitude
Exigences élevées pour soi et pour les autres
Curiosité insatiable
Résilience physique et psychologique
Sensible à la beauté

Les 1001 vies de Sir Richard Francis Burton

un film de Laurent Préyale

Documentaire – 2018 – 52 mn – 16/9

-Lord Robert Gascoyne-Cecil, 3ème Marquis de Salisbury, premier ministre de sa majesté la Reine Victoria, ancien secrétaire d’état aux affaires étrangères, je suis avec un profond respect, Monsieur le Ministre, de Votre Excellence, le très humble et obéissant serviteur… Bien que n’ayant pas encore compris les raisons qui vous ont poussé à me demander à moi, Algernon Swinburne, poète, plutôt habitué à échapper aux sbires de votre police des mœurs, de vous parler d’un ami qui m’est cher et dont, hélas je viens d’apprendre la soudaine disparition…
Permettez que nous nous recueillions quelques secondes en hommage à sa mémoire ? Vous hochez la tête… Non ?
Vous le connaissiez et avez sans doute de lui la même vision que certains d’entre nous, de l’homme singulier qu’il fut ?
Encore non ?
Alors, il s’agit sans doute de mon père, l’Amiral Charles Swinburne qui vous a fait part de la profonde amitié qui me liait à Lord Richard Francis Burton…

Les aurores boréales sont-elles faites de la matière dont on tisse les rêves ?

un film de Laurent Préyale

Documentaire – 2017 – 51 mn – 16/9

Un jour, deux photographes ont décidé de partir dans le grand nord, filmer les aurores boréales en 3D. Jean Mouette travaille à l’institut d’astrophysique de Paris et chasse dans l’espace depuis des années photographiant les galaxies et les éclipses solaires au 4 coins de la planète. Thierry Légault est un astrophotographe renommé dans le monde entier que la Nasa et les services secrets s’arrachent. Nous allons les suivre plusieurs semaines dans ce grand nord au large du cercle polaire loin au dessus du 69ème parallèle. Nous allons vivre à leurs côtés par -25° dans le noir pur et profond d’une nuit qui dure plus de 20h isolé du monde par des centaines de kilomètres de glaces et de neige. Vous découvrirez les faits scientifiques ainsi que les mythes et les légendes de ces lumières qui dansent dans la nuit, les mystérieuses Aurora Boréalis.

1er Regards

une série écrite par Laurent Préyale, Marc Sandberg

Série documentaire – 2004 – 4 x 52 mn – 4/3

Une histoire du cinéma en 4 chapitres : la naissance du cinéma ; le cinéma de guerre et des années folles ; la guerre du parlant n’aura pas lieu ; du Technicolor à la drôle de guerre…

Raymond Devos Olympia 99

un film de Laurent Préyale

Théâtre – 1999 – 105 mn – 4/3

Enfant, Raymond Devos rêve d’être un artiste. Autodidacte, il souhaite maîtriser la langue française et la musique pour laquelle il a une affection particulière. La musique n’est néanmoins pas son seul domaine de prédilection, il entame alors des cours de théâtre qui seront malheureusement suspendus par la Guerre. Elle contraint d’ailleurs Raymond Devos à être déporté en Allemagne. Loin de se résigner, Devos organise quelques spectacles improvisés au bon plaisir de ses compagnons d’infortune. Dès sa rentrée sur Paris, il intègre l’École de Mime d’Etienne Ducroux. Il fait ses débuts en 1948 dans ‘Les Trois Cousins’, avec André Gille et Georges Denis. Les trois partenaires se produisent au club du Vieux-Colombier et à la Rose Rouge. Un duo avec Roger Verbecke succède ensuite au trio : ‘Les pinsons’ se produisent à « l’ABC » et aux « Trois-Baudets » en chantant des parodies comiques de chansons de cow-boy. Mais c’est au hasard d’une tournée théâtrale des villes casinos avec la compagnie Jacques Fabbri, à Biarritz, qu’il découvre l’absurde et le comique de situation. Interrogeant un maître d’hôtel, « Je voudrais voir la mer », il se voit répondre « Vous n’y pensez pas, elle est démontée ». « Quand la remontera-t-on ? » insiste-t-il. « C’est une question de temps »… Ces quatre répliques lui donnent la matière à un sketch, ‘La mer’, puis bientôt à un autre, ‘Le car pour Caen’, et finalement à un style devenu inimitable.